Ne dénigrez pas l’autre parent de vos enfants

Ne dénigrez pas l’autre parent de vos enfants

Photo du profil de Eugénie Blanc

Se retrouver seul(e) avec ses enfants peut entrainer une forte colère. Elle est naturelle et a du sens… mais il est important de tenter d’en préserver ses enfants afin qu’ils puissent traverser eux aussi cette épreuve au mieux.

La douleur associée à une séparation peut être grande. Elle le sera encore plus si cette séparation n’a pas été voulue ou, pire, si elle ne se fait pas dans la sérénité. Incompréhension, dénigrement, violence, tout cela fait du mal… et il arrive parfois que cela déborde un peu en direction des enfants. C’est d’autant plus dommage que cette colère qui leur tombe dessus peut leur faire encore plus de mal que ce que vous éprouvez vous-même. Lorsque vous dénigrez l’autre, vous les touchez également. Voilà pourquoi il est important de les protéger.

Votre colère est votre colère. Nous ne portons pas de jugement dessus. Simplement, est-ce que cela a du sens de la partager avec vos enfants ? J’imagine que vous vous doutez de la réponse : non. Votre séparation est en effet une souffrance pour eux et tenter de comprendre leur est difficile. Du coup, vous vous retrouvez avec deux sujets à traiter : la douleur que peut constituer pour vous cette séparation ; et l’accompagnement que vous allez offrir à vos enfants pour les aider à traverser ce qui est aussi une épreuve pour eux.

Lorsque vous dénigrez l’autre, vous faites du mal à vos enfants

Sentez-vous la différence entre une phrase comme « Ton père est un pauvre con » et « Je suis désolée, mais je ne pouvais plus vivre avec votre père. Il y a des choses en lui que je ne supportais plus et nous nous fâchions tout le temps ». Vos enfants la sentiront aussi. Dans le premier cas, cela leur fera d’autant plus mal qu’ils se sentent à moitié issus de leur père et à moitié issus de leur mère. Avec ou sans raison, insulter l’un, c’est leur faire du mal à eux très directement. Et si dire du mal de l’ex-compagnon devient une habitude, cela peut entraîner des désordres graves chez les enfants. Chez les petits garçons, qui se projettent dans le père, cela peut par exemple générer la peur de grandir et de devenir « con » comme le père.

La solution ? Il ne s’agit pas de nier votre colère, il s’agit d’une part de vous en excuser auprès de vos enfants si vous constater que cela leur a fait du mal. Il s’agit ensuite d’expliquer cette colère et de les extraire de la situation actuelle : « Nous ne nous aimons plus avec votre père, et les choses peuvent mal se passer entre nous. Mais soyez certains d’une chose, je vous aime et il vous aime. C’est chacun à notre manière, mais nous vous aimons ». Cette séparation peut être douloureuse pour vous. Mais il est important de prendre en compte le fait qu’elle l’est aussi pour vos enfants et qu’il est important d’essayer de trouver un accompagnement pour les protéger.

Bien entendu, j’ai spontanément défendu la maman face au papa dans cet article. Mais il a autant de valeur pour les pères s’occupant de leurs enfants face à des mères qui les auront abandonnés.

Partage d’expériences,
bons plans, solutions, rencontres,
entraide ...

FAITES  DU  BRUIT  !!!

Partagez cet article
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone

Commenter :

1 réponse

Comme J'ai pu lire et j'adhère completement à "un enfant blessé dans son intégrité ne cessera jamais d'aimer son père ni sa mère,mais cessera de d'aimer lui même "

Cheillan - Il y a 11 mois