Les no sex

Les no sex

Malgré une apparente libération, des études montrent que les jeunes adultes ont moins de rapports sexuels que les générations précédentes.   C’est le cas d’un sondage réalisé par un site de rencontre en ligne qui révèle que 23% des couples préfèrent se passer complètement de sexe pour s’aimer plus intensément… Explications   Le No Sex, […]

Malgré une apparente libération, des études montrent que les jeunes adultes ont moins de rapports sexuels que les générations précédentes.

 

C’est le cas d’un sondage réalisé par un site de rencontre en ligne qui révèle que 23% des couples préfèrent se passer complètement de sexe pour s’aimer plus intensément… Explications

 

Le No Sex, qu’est-ce que c’est ?

Alors que la tendance est plutôt de parler de pratiques sexuelles diverses et toujours plus variées, voire décomplexées, certaines personnes font le choix délibéré de se passer de sexe. Cette « non pratique » est même devenue un véritable phénomène puisque cela fait des années que des magazines, blogueurs influenceurs et autres émissions de santé y consacrent des dossiers complets… Se priver de sexualité semble donc être devenu un choix parfaitement assumé.

 

Arrêter le sexe pour favoriser la communication

Il semble que les personnes concernées pensent que l’absence de sexualité permet au couple de se reconnecter et de découvrir l’autre sous un nouvel angle, sans le désir comme parasite. Un échange d’intimité différent qui ouvrirait vers une complicité et un lien particulier excentrés du désir sexuel. Pour ces personnes, la conversation et la compréhension se substituerait donc au sexe.

Un site de rencontre en ligne a diffusé récemment les résultats surprenants d’un sondage mené auprès de ses abonnés sur la pratique du no sex. Résultat ?  25% des personnes interrogées considèrent qu’il s’agit d’une bonne manière de relancer le désir alors que 23 % l’envisagent comme une manière efficace de s’intéresser différemment à son partenaire.

Si le sexe tend à s’estomper de la vie quotidienne des jeunes, c’est sans doute aussi parce que la société laisse de moins en moins de place à l’intime. En happant toute notre attention, les écrans happeraient-ils aussi notre libido ?

À en croire ce sondage, près d’une personne interrogée sur quatre pourrait se passer ou s’est déjà passé de rapport sexuel avec son partenaire. Entre “sexe actif”, “périodes d’accalmies” et phases de “no sex”, les réponses des 1400 célibataires interrogés sont éloquentes.

 

Le “no sex” dans votre couple, ça vous tente ?

C’est précisément la question qui a été posée par e-mail aux membres de ce site de rencontres. Les sondés faisaient tous partie des 1400 membres du site âgés de plus de 18 ans. Parmi eux, 54% de femmes et 46% d’hommes. Si, pour la moitié d’entre eux, le sexe est essentiel à la vie de couple et ils n’envisagent pas de s’en priver, un quart est d’avis qu’une période d’abstinence permet de relancer le désir. Mais le chiffre le plus surprenant est celui des non-pratiquants du sexe, ou plutôt des pratiquants du “no sex”. 23% des sondés déclaraient avoir déjà vécu cette situation sans que cela ne leur ait posé de problème.

 

Le désir sexuel peut fausser une relation

La majorité de ces abstinents envisagerait même son abstinence comme un moyen de s’intéresser différemment à son partenaire. Un peu comme si le désir sexuel pouvait fausser une relation. Le médiatique docteur Sylvain Mimoun, andrologue, gynécologue et psychosomaticien explique que “le désir sexuel peut créer des interférences dans un couple quand il y a un déséquilibre et que l’un des deux se sent rejeté et se referme.” Mais il ajoute que si le désir est équilibré, ce n’est pas un problème pour construire une relation basée sur l’échange et la confiance.

Cette enquête, réalisée par une agence de communication et non par une société d’étude, ne donne aucun détail ni sur les critères de sélection des sondés, ni sur la méthode utilisée. Les résultats, ne permettent donc pas de tirer des conclusions représentatives sur l’ensemble des Français. Pour autant, c’est l’occasion de se demander si le sexe est vraiment indispensable pour le bonheur conjugal.

Que se passe-t-il lorsque le désir sexuel abandonne le couple ? D’aucun aurait constaté que lorsque la sexualité est détrônée par l’abstinence, c’est “au profit d’une meilleure communication ou d’un échange d’intimité différente qui ouvrirait vers une complicité et un lien particulier excentrés du désir sexuel.” Alors faut-il vraiment s’inquiéter quand on ne fait plus l’amour ?

Sylvain Mimoun confirme que le poids sociétal y est pour beaucoup et que pour la plupart des gens, un couple “normal” doit faire l’amour. “Ce n’est pas grave de ne pas faire l’amour, l’important est d’être sur la même longueur d’onde. Même si les couple “no sex” restent une minorité, il existe des associations, comme Asexuality, qui défendent les personnes ne ressentant pas d’attirance sexuelle pour les autres. Peut-être que Victor Hugo visait juste quand il disait que “l’amour chaste agrandit les âmes”. Qui sait…

 

Partage d’expériences,
bons plans, solutions, rencontres,
entraide ...

FAITES  DU  BRUIT  !!!

Partagez cet article
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
0Email this to someone
email

Commenter :