Les épiceries sociales et solidaires

Les épiceries sociales et solidaires

Les épiceries sociales et solidaires ont le vent en poupe. Il en existe aujourd’hui plus de 700 sur le territoire français.   Approvisionnées par les banques alimentaires, les supermarchés et les producteurs locaux, ce n’est pas un simple commerce de proximité à prix cassé. Non seulement les bénéficiaires y trouvent des denrées diverses et variées […]

Les épiceries sociales et solidaires ont le vent en poupe.

Il en existe aujourd’hui plus de 700 sur le territoire français.

 

Approvisionnées par les banques alimentaires, les supermarchés et les producteurs locaux, ce n’est pas un simple commerce de proximité à prix cassé. Non seulement les bénéficiaires y trouvent des denrées diverses et variées comme des fruits et légumes, des produits laitiers, des boites de conserves et des produits d’entretien et d’hygiène. Mais ce sont aussi des lieux d’accueil et d’échanges permettant de sortir de l’isolement. A qui s’adressent-ils ? Qu’apporte-t-ils et comment en bénéficier ?

 

Les épiceries solidaires s’adressent à tous…

Mais pour en demander l’accès, il vous faudra d’abord passer par un travailleur social. Vous en trouverez à la caf, dans les associations sociales et familiales comme l’UDAF  (Union Nationale des Associations Familiales) ou dans les CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de votre mairie.

L’accès à toutes épiceries, qu’elle soit solidaire ou sociale, dépend de la situation financière du demandeur. Toutes les personnes en situation de précarité sont concernées. Elles s’adressent aussi bien aux retraités, aux parents isolés, aux étudiants possédant peu de ressources ou aux bénéficiaires des minima sociaux.

 

C’est aussi le cas des personnes qui connaissent une perte de ressources ponctuelles entraînant un déséquilibre de leur budget, comme après la perte d’un emploi ou un accident. Les épiceries sont aussi là pour aider ces personnes temporairement afin d’éviter une aggravation de leur situation financière dont les conséquences pourraient être désastreuses.

Comme l’idée est d’aider de façon ponctuelle les bénéficiaires, la durée d’accès aux épiceries sociales et solidaires est généralement limitée entre 3 et 9 mois.

 

…ceux qui ont un projet

 

La situation économique d’un foyer n’est pas le seul facteur pris en compte. Une des conditions primordiales pour bénéficier de l’aide d’une épicerie solidaire est la création d’un projet personnel et à l’aide de son aboutissement.

Les épiceries solidaires et sociales ont été créées pour aider temporairement une personne dans le besoin et l’aider à s’en sortir. Mais pour cela, elle doit aussi prendre des engagements et c’est en cela que le soutien et l’accompagnement de l’épicerie solidaire ont fait leurs preuves.

Pour mettre en place ce projet personnel, tout bénéficiaire a le droit à un entretien individuel avec un travailleur social ou un membre, bénévole ou non, de l’épicerie. Durant ce temps de parole, vous pouvez expliquer votre situation actuelle, votre histoire et vos envies pour le futur. Votre interlocuteur pourra alors vous soutenir et vous conseiller. Vous pourrez réfléchir ensemble à un projet personnel à accomplir.

 

Quelle différence entre une épicerie sociale et une épicerie solidaire ?

Aucune, il existe juste deux appellations différentes mais leurs missions sont absolument identiques. Seuls leur responsables changent. Une épicerie sociale sera ainsi portée par une collectivité, alors qu’une épicerie solidaire dépend d’une association.

Un accès à conditions de revenus

Même si d’un point de vue extérieur, une épicerie solidaire ou une épicerie sociale ressemblent à n’importe quel commerce de proximité avec des rayons en libre-service, pour y avoir accès et trouver l’épicerie solidaire la plus proche de chez vous, il est donc impératif de passer par un travailleur social. Ce dernier vous aidera à monter votre dossier.

Les produits de ce type d’épiceries sont vendus à coût très faible : entre 10 et 30% de leur prix dans le commerce classique. Il n’est pas rare de trouver des denrées à un euro symbolique. Un double affichage des prix (prix dans le commerce et prix dans l’épicerie sociale) permet notamment au client bénéficiaire de se rendre compte de la valeur réelle des produits.

Contrairement à d’autres types d’aides, on parle bien de clients puisque les bénéficiaires règlent leurs achats. Mais cette contribution financière n’est pas anodine et permet surtout de préserver la dignité des personnes et la possibilité pour elle de choisir librement leurs produits, en fonction de leurs envies et de leurs besoins.

Un lieu d’accompagnement et de soutien

Le rôle d’une épicerie solidaire est plus large que celui d’un simple distributeur alimentaire. Ces magasins sont aussi un véritable lieu d’accueil, d’aide et d’échange où l’on trouve des bénévoles avec qui parler, échanger sur des sujets délicats, comme la santé, l’emploi et le logement. Cela permet de sortir de son quotidien et permet aussi de rompre le cercle vicieux de l’isolement des personnes en situation difficiles.

Dans cette optique, de nombreuses épiceries solidaires organisent des ateliers d’informations sur la nutrition et l’équilibre alimentaire, la santé, la citoyenneté. De plus, des activités sont également accessibles : atelier couture, atelier bricolage, participation aux repas partagés… C’est également le cas avec l’aide alimentaire des restos du cœur.

 

 

 

Partage d’expériences,
bons plans, solutions, rencontres,
entraide ...

FAITES  DU  BRUIT  !!!

Partagez cet article
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
0Email this to someone
email

Commenter :