L’éducation bienveillante, la parentalité positive ou la discipline positive qu’est ce que c’est ?

L’éducation bienveillante, la parentalité positive ou la discipline positive qu’est ce que c’est ?

C’est la guerre à la maison ? Vos enfants vous rendent dingues ? Vous sous sentez envahi par le doute : êtes-vous une bonne mère / un bon père ? C’est le moment de tester la discipline positive, une méthode éducative venue des Etats-Unis. Que se cache-t-il derrière ces termes qu’on entend de plus en plus souvent […]

C’est la guerre à la maison ?
Vos enfants vous rendent dingues ?

Vous sous sentez envahi par le doute : êtes-vous une bonne mère / un bon père ? C’est le moment de tester la discipline positive, une méthode éducative venue des Etats-Unis.

Que se cache-t-il derrière ces termes qu’on entend de plus en plus souvent ?
La parentalité positive, aussi appelée éducation bienveillante, éducation respectueuse, discipline positive ou encore éducation non violente, est une approche alternative de l’éducation fondée sur le respect de l’enfant. Elle exclut toute forme de violence éducative et propose à la place des outils basés sur l’écoute, le dialogue, l’empathie, l’accompagnement et le respect mutuel. Aux oubliettes les fessées, mais aussi les cris, le chantage, les menaces et les punitions. Les outils de la discipline positive sont tout autres.

Vous les trouverez clairement décris dans le dernier livre de Jane Nelsen, Cheryl Erwin et Carol Delzer: “La Discipline Positive pour les parents solos”.

Cet ouvrage est un guide pratique, qui regorge d’outils, de pistes de réflexions et d’actions qui permet d’accompagner les parents élevant seuls leur(s) enfants(s). Des clés pour apaiser l’ambiance familiale, c’est en substance ce que livre ce dernier opus de Janes Nelsen, psychologue familiale en Californie et mère de sept enfants. Chéryl Erwin est thérapeute familiale et conjugale et Carol Delzer, psychothérapeute familiale et avocate spécialisée en droit de la famille.

L’adaptation de ce livre est co-signé par Béatrice Sabaté, psychoclinicienne.

C’est elle qui développe cette approche éducative en France depuis septembre 2011 avec toute une équipe de formateurs. Ses stages rencontrent un vif succès. « Le modèle éducatif vertical n’est plus adapté. Les phrases comme Ne parle pas comme ça à ton frère ou Tu seras puni si tu ne finis pas ton assiette ne fonctionnent plus. Les jeunes acceptent de moins en moins la soumission. Les parents cherchent malgré tout à se faire respecter. Ils sont en quête de repères éducatifs mais davantage sur un modèle coopératif », explique t-elle. «Nous cherchons ici à évoluer entre la fermeté et la bienveillance. Entre le cadre et la compréhension. Les deux coexistent, comme l’inspiration et l’expiration.»

La méthode aurait déjà séduit un million de personnes dans le monde. A l’heure où de nombreux psys prônent le retour à l’autorité, face à des enfants devenus de vrais tyrans, la proposition surprend.  Comment rendre la discipline positive ?

 

Les principaux préceptes de la discipline positive

Premier impératif : avant d’adopter la position d’éducateur (avec fermeté), il est fortement recommandé de se  « connecter » avec l’enfant en comprenant ses émotions avec bienveillance. Car derrière tout comportement inapproprié il exprime un besoin et/ou une fausse croyance («on ne m’aime pas» ou «je ne vaux rien »…).

Second impératif : l’encouragement
«D’où vient cette idée saugrenue selon laquelle un enfant fait mieux si on lui dit qu’il ne fait pas bien ?» interroge Béatrice Sabaté. C’est pourtant ce que l’on fait, souvent, en France, contrairement aux Américains qui proclament à tour de bras que leurs rejetons sont gorgeous ! À nous d’encourager notre progéniture. Mais attention : au lieu de dire «Tu as eu 15 en maths, je suis fière de toi», on lui dit plutôt «Qu’est-ce que tu dois être fier d’avoir 15 en maths !»

 

Quelques exemples concrets d’autorité positive

Votre enfant a décidé de se servir seul un verre d’eau. Malheureusement il en a renversé à côté. La réaction “traditionnelle” aurait été de le gronder et de lui interdire de se servir seul parce qu’il en est incapable. Essayez plutôt de le féliciter pour avoir essayé de se servir. Ce n’est pas en faisant tout à sa place qu’il va grandir.

Pour les adolescents, la discipline positive est une méthode qui porte ses fruits sur le long terme. Ne vous attendez pas à avoir un résultat immédiat. L’idée est de faire en sorte que votre enfant se sente utile dans la maison. Aussi, plutôt que de lui imposer de débarrasser la table ou de passer l’aspirateur, préférez lui demander de l’aide.

 

 Références et infos pratiques

Durée du stage : Les ateliers se déroulent sur 7 séances de 2 heures, sept semaines d’affilée hors vacances scolaires. On peut s’y rendre en couple ou seul. 

Son coût : entre 220 et 250 € (tarif variant en fonction du lieu réservé)

Pour en savoir plus : consultez le site consacrée à la méthode www.disciplinepositive.fr ou le livre : “La Discipline Positive pour les parents solos” aux éditions du Toucan, 378 pages, 20 euros.

LivreDisciplinePositive

Partage d’expériences,
bons plans, solutions, rencontres,
entraide ...

FAITES  DU  BRUIT  !!!

Partagez cet article
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
0Email this to someone
email

Commenter :