Magali : “Avec ma fille, nous sommes une vraie famille”

Magali : “Avec ma fille, nous sommes une vraie famille”

Photo du profil de Eric

Aujourd’hui, nous mettons en avant le profil et l’histoire de Magali, maman solo d’Ermont, dans le Val d’Oise. Elle nous parle de son histoire … qui suit celle des enfants. À découvrir !

Bonjour ! Pouvez-vous vous présenter ?

Moi, c’est Magali Turquin, femme de 37 ans habitant Ermont, dans le Val d’Oise. Je suis éducatrice de jeunes enfants depuis 3 ans (reconversion professionnelle) et j’ai été libraire jeunesse pendant 10 ans. J’écris et publie également régulièrement des ouvrages pour les jeunes et leurs parents.

Pouvez-vous partager avec nous votre situation ?

Je suis séparée depuis bientôt 4 ans et j”ai une fille de 9 ans qui vit en garde alternée (une semaine/ une semaine).

Comment vous sentez-vous depuis que vous êtes devenue monoparent ?

Depuis un an, je cherchais dans ma commune du Val d’Oise, un groupe, un atelier, un lieu pour les parents dans ma situation pas tous les jours évidente. Dans un premier temps, je me questionnais sur comment s’entraider pour la garde des enfants lorsque l’on travaille ? Mais, comme je n’ai trouvé personne physiquement, je me suis orientée vers le virtuel et j’ai rapidement trouvé le groupe Uniparent (j’avais vu passer sur ma page FB des infos). Je ne souhaitais pas que les échanges restent virtuels et comme, rapidement, un pique nique à été proposé, j’ai pu enfin rencontrer d’autres parents et échanger sur nos expériences similaires ou différentes mais toujours enrichissantes.

Racontez-nous ce que vous trouvez de difficile dans votre situation de monoparent ?

Je ne regrette pas un seul instant ma séparation bien que le quotidien reste parfois bien complexe. En effet, lorsque j’ai ma fille, tout doit être calculé, organisé car j’ai des horaires assez contraignants (amplitude horaire de 7h45 à 19h qui changent tous les jours), avec un métier que j’apprécie mais qui demande une constante attention, réflexion, patience et une fille qui a des activités extra-scolaires dans lesquelles elle est engagée depuis plusieurs années (plongée et violon). J’ai toujours dû m’arranger dans mes horaires ou poser des demi-journée pour pouvoir accompagner ma fille dans ses activités.

Un autre point, non pas difficile mais douloureux : les moments de fête et évènements que je ne peux pas toujours partager avec ma fille.

Mais racontez-nous aussi ce qui est chouette dans votre vie ! Et ce que vous aimeriez pour la suite !

Dans notre vie à deux, tout est plus intense ! Notre relation est harmonieuse, nous avons beaucoup de complicité, de moments partagés. Et, plus elle grandit, plus les valeurs que je souhaite lui transmettre se révèlent petit à petit dans la construction de son identité et de son caractère et me remplissent d’une joie rare.

Dans les premiers mois, j’ai pensé ne pas pouvoir faire face, tout assumer seule au quotidien et être la seule responsable… et puis, c’est en expérimentant, en arrangeant à sa sauce, en testant la vie que nous l’avons bâti à notre image. Je suis fière aujourd’hui d’affirmer que nous sommes une famille toutes les deux. Moi qui n’avait jamais vécu seule, cette séparation et cette vie solo m’ont permis de me connaître vraiment et d’affronter certaines de mes craintes, de relativiser et de lâcher prise sur certains points.

Dans les années à venir, je souhaite pouvoir proposer d’autres horizons à notre famille, un voyage au Japon pour mes 40 ans, un tour d’Europe, de nouvelles connaissances, se rapprocher de la nature et de la mer que nous aimons tant toutes les deux.

Si vous aviez un conseil à donner à des nouveaux monoparents, quel serait-il ?

Je vais répondre à cette question en vous y associant, vous Uniparent (donc en répondant aussi à la question suivante). Je suis si heureuse de pouvoir partager mon expérience et j’aime rencontrer par le net et dans la vraie vie d’autres uniparents. J’ai souvent été solitaires mais je me rends compte à quel point il est bon, agréable et enrichissant de pouvoir discuter avec d’autres personnes empruntant des chemins de vie similaires.

Je n’aime pas le terme de communauté alors j’évoquerais le bien être d’avoir le même terreau et de pouvoir y faire pousser toutes nos idées de parents séparés et unis. C’est l’idée que je souhaite garder de ce groupe.

Partage d’expériences,
bons plans, solutions, rencontres,
entraide ...

FAITES  DU  BRUIT  !!!

Partagez cet article
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone

Commenter :